Le sport à l'arrêt (3/3)

L'épidémie de Covid-19 a plongé le monde entier dans une situation de confinement inédite, sans précédent. Le milieu sportif a bien entendu été impacté. Si, depuis la levée progressive du confinement, le sport a petit à petit commencé à reprendre une activité partielle, nombre de disciplines ne peuvent encore retrouver leurs terrains de jeux préférés. La saison écoulée a elle aussi connu son lot de désagréments. Arrêts prématurés des compétitions, reports ou annulations de tournois et événements d'envergure, le sport professionnel comme amateur n'a pas échappé à cette pandémie. Ruinant, souvent, les efforts de nombreux clubs dans leur quête annuelle. Chaque fédération nationale a ainsi pris des décisions quant à la suite à donner aux événements. Avec un impact forcément différent pour les clubs, notamment ceux de la Principauté. Tour d'horizon des conséquences de ces décisions pour les clubs de sports collectifs amateurs monégasques*.

Troisième partie de notre dossier consacré à la saison des clubs de sports collectifs monégasques et de l'impact de la crise du Covid-19 sur ces clubs et leurs ambitions. Vous pouvez retrouver ici les deux premiers volets : première partie et deuxième partie.

AS Monaco Rugby Fédérale 3 masculine et départementale féminine

Img 9428

Une année de découverte, mais non sans ambition. Promus en Fédérale 3 cette saison, les rugbymen monégasques avaient pour mission de se maintenir à cet échelon après avoir validé leur montée à l'issue d'un superbe cru 2018/19. Un objectif d'autant plus important que cette tâche incombait au même groupe que celui ayant conduit le club en F3. "Il était important cette année, d'un commun accord avec l'ensemble du staff, de récompenser tous ces joueurs-là, de monter en F3 avec eux et on ne se voyait pas changer la moitié de l'effectif. On voulait se maintenir avec ce groupe qui a du vécu ensemble", confie Sylvain Masson, manager du club et co-entraîneur de la première cette saison, en duo avec Luciano Orquera. Alors que le championnat courait toujours, l'AS Monaco pointait à la huitième place, le maintien bien parti. Si la saison a été compliquée, notamment marquée par de nombreuses blessures, mais aussi quelques coups d'éclat (comme cette victoire sur Les Angles, alors leader, au stade Prince Héréditaire Jacques), l'arrêt à la mi-mars a entériné le maintien monégasque. "Il ne nous manquait qu'une ou deux victoires pour l'avoir, on devait recevoir à quatre reprises, donc ça se serait sûrement fait. On peut donc désormais se projeter sur la saison prochaine", explique celui qui va maintenant prendre du recul sur le terrain, pour occuper pleinement son rôle de manager. L'équipe va se renforcer en vue de la saison prochaine, avec une dizaine d'arrivées. "C'est une chose importante, tout le monde, staff comme joueurs, en est conscient, ce qui nous permettra d'être ambitieux à l'avenir, de continuer notre progression et de lancer la phase 2 de notre projet." Un projet qui, à l'orée de la saison 2020/21, devrait voir l'AS Monaco aller chercher un maintien plus serein et tenter de jouer les trouble-fêtes dans le groupe de tête. 

Les filles, entre satisfaction et frustration

Img 1005

Pour leur première saison en compétition, les filles coachées par Fabien Camin ont dépassé les attentes placées en elles. C'est bien simple, en terminant à la deuxième place de leur groupe, elles ont réussi à accrocher une place qualificative pour la poule de play-offs d'accession. "Ça a été une grosse surprise, c'était notre première année, on n'avait pas fixé d'objectif sportif, hormis celui de progresser, et puis la progression et le plaisir ont été au rendez-vous et on s'est qualifié, ce qui est une bonne chose. Cet arrêt de compétition a provoqué une certaine frustration chez les filles, parce que quand tu décroches pour la première fois cette place en play-offs, tu veux y aller, le vivre, sans objectif, mais on se dit quand même 'pourquoi pas nous'. On se dit qu'on ira l'an prochain et, au final, on se met l'objectif de participer à ces play-offs", note Fabien Camin. Le coach asémiste retrouvera la totalité de son groupe une fois la reprise possible et attend de voir de nouvelles filles venir s'initier à l'ovalie. 

AS Monaco water-polo - Nationale 3 masculine

Img 8938

Après les demi-finales nationales disputées l'an dernier, l'AS Monaco water-polo avait à cœur de bien figurer à nouveau dans son championnat de Nationale 3. Mais cette année, plusieurs aléas sont venus perturber le bon déroulé de la compétition. "Au moment où le championnat a été mis en pause, avant d'être définitivement arrêté, nous n'avions joué que 6 matches sur les 14 que l'on devait disputer. Ce qui est assez peu et notamment lié au report de trois rencontres en début de saison, dont deux à cause des intempéries", glisse Florent Menut, le coach des asémistes. Des matches qui ne seront finalement jamais joués, la Fédération Française de Natation ayant décidé d'annuler la suite de la saison, à l'image des autres sports collectifs français. "Aucun titre ne sera décerné cette année et le classement est figé en l'état actuel à la dernière journée disputée." Si les informations concernant les promotions et relégations n'étaient pas encore tombées (au moment de boucler ce numéro), l'équipe du coach Menut, 7e sur 8 avec seulement 6 matches joués (contre 11 pour les plus avancés), aurait facilement pu terminer plus haut. "On a joué 4 matches de moins qu'Antibes et on a le même nombre de points qu'eux. Sachant qu'on les avait battus lors du tournoi qu'on a organisé, même si ça ne veut rien dire, on peut penser qu'on aurait pris des points contre eux. On n'avait pas non plus joué le dernier, qui n'a que des défaites (Toulon, 8 matches, 8 défaites), et nous étions sur une dynamique intéressante depuis le Tournoi International que l'on a remporté à la maison. Le fait d'avoir plus d'équipes relève l'adversité et donne aussi plus de motivation aux garçons. On va maintenant voir ce qu'il va se passer mais rien ne devrait bouger, c'est un peu comme si on allait repartir de zéro la saison prochaine."

Etoile de Monaco - Top 12

Man 5488

La gymnastique artistique est régulièrement perçue comme un sport purement individuel. Mais les championnats par équipe existent et réservent souvent un beau spectacle, notamment en Top 12. Promus et demi-finalistes l'an dernier, les gyms de l'Etoile de Monaco ont remis le couvert cette année. Leaders de leur poule à l'issue de la phase de groupe, qu'ils ont dominé de la tête et des épaules, ils ont ensuite débuté leur demi-finale contre Sotteville. Vainqueurs du match aller (29-19), il ne leur restait plus qu'à finir le boulot à la maison le 21 mars. Une victoire leur aurait assuré une place en finale et donc un meilleur résultat que l'an dernier et la quatrième place obtenue lors de la petite finale. Un match qu'ils ne disputeront finalement pas, la Fédération Française de Gymnastique ayant tout bonnement décidé d'annuler toutes les compétitions pour l'année en cours. "Ils ont tout simplement décidé d'arrêter le Top 12 alors que la saison était finie à 90%. Il ne restait que les demi-finales retour et la finale à faire", regrette Thierry Aymes, coach de l'Étoile. Une décision d'autant plus difficile à accepter qu'aucun classement n'a été établi suite à cette décision fédérale. "On s'arrête sur une saison blanche au final. Il n'aurait de toute manière pas pu y avoir de montées ou de descentes, puisque les DN (Divisions Nationales, compétitions par équipes permettant d'accéder au Top 12) sont annulées et devaient avoir lieu en mai. On pouvait simplement établir un classement, sans pour autant décerner de titre, mais cela aurait eu un sens", explique Thierry Aymes, dont le groupe repartira en Top 12 la saison prochaine.



*Cet article étant issu du magazine, il est à prendre en considération la date de bouclage, à savoir le 20 mai dernier. A ce moment-là, aucune date de réouverture des enceintes sportives ou de reprise des sports collectifs et/ou de contact n'avait été annoncée.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos