La jeunesse en formation

L'AS Monaco basket accueille les jeunes dès l'âge de 7 ans. En partenariat avec la Fédération Monégasque de Basket, une filière élite a été mise en place avec en point d'orgue une participation au championnat d'Europe organisé chaque année par la FIBA. 

On rembobine. Retour sur la semaine du 28 juillet au 4 août. En Andorre, Ludivine Fraget, coach des U18 de l'ASM basket et entraîneur général du centre de formation monégasque, et ses garçons participent au championnat d'Europe U18 (Groupe C) organisé chaque année par la Fédération Internationale de Basket. Comme pour les Jeux des Petits Etats d'Europe, la Principauté bénéficie de quelques facilités pour sélectionner les joueurs qui représenteront Monaco. 

B09i5743

"On peut faire jouer des jeunes après 3 ans de licence au club, ce qui correspond à leur durée de formation après les catégories très jeunes", rapelle Ludivine Fraget. Mais contrairement aux JPEE, lorsque les basketteurs portent le maillot monégasque, ils ne pourront ensuite plus jouer pour une autre nation. Si le niveau a augmenté au cours des dernières années avec l'arrivée de pays de l'Est au sein des différents groupes de ce tournoi, cela n'empêche pas les Rouge et Blanc d'y performer, à l'image de leur belle prestation de cet été.

L'argent pour Monaco

Chaque année, la FMB doit décider quelle catégorie d'âge envoyer sur ce championnat d'Europe. Si Ludivine Fraget leur transmet ses recommandations, l'avis final revient à la fédé. "J'avais un groupe avec des joueurs qui arrivaient en fin de cycle, performants, et j'avais dit qu'on pouvait faire une médaille", explique la coach. Avec un groupe qu'elle connaissait donc parfaitement, la préparation à la compétition n'a pas été compliquée. Après un temps de repos post-bac, ils ont repris le chemin des parquets 15 jours avant la compétition. Même si, avant ce genre d'échéance, le travail fourni diffère légèrement de ce qui est fait pendant l'année. 

B09i3382

"Durant la saison, je suis plus sur la formation, avec l'idée de développer tout le monde d'un point de vue basket, et là on passe en mode compétition, donc je mets les joueurs là où ils sont performants. Le but de ce stage est qu'ils puissent switcher de mentalité, entre l'année où j'accepte parfois plus les erreurs et qu'ils soient en situation d'échec parce que ce n'est pas leur poste. Cela pour qu'ils apprennent et deviennent performants sur un poste profilé haut niveau, alors que là, je les mets dans leur zone de confort pour qu'ils soient performants." 

 94a9099

Et la méthode paie. Car une troisième médaille d'or a failli s'ajouter à la collection de la FMB. Après une entrée en matière délicate (défaite face à Chypre après prolongation 80-77), les protégés de Ludivine Fraget se sont bien repris, disposant d'Andorre (81-53) puis de la Moldavie (88-51), s'assurant ainsi la deuxième place de leur poule, synonyme de qualification. "Ensuite, ce sont des demi-finales croisées puis la finale", glisse la coach. Une demi-finale remportée contre l'Albanie (82-62). De quoi s'offrir une revanche contre Chypre en finale. Malheureusement, il était écrit que les Chypriotes seraient les bourreaux des Monégasques (défaite 67-59).

 94a0889

"Il n'y a pas de regret parce que, même si ça ne s'est pas joué à grand chose, Chypre a été bon quand il le fallait, alors que nous avons fait une ou deux erreurs à des moments clés et ils ont su bien les exploiter. On a été bon, il aurait fallu être excellent et parfait, donc c'est une belle médaille d'argent qui vient récompenser les joueurs après un cycle de trois ans, d'autant que ces mêmes garçons avaient fini 4es l'an dernier."  Malgré la défaite, le board monégasque a pu apprécier de voir Jordan Ratton élu MVP du tournoi et de compter deux joueurs dans le 5 majeur de ces championnats d'Europe (Jordan Ratton et Vincent Vermillac). 

L'apprentissage avant l'Europe

Avant de pouvoir prétendre à intégrer cette équipe et prendre part à ce prestigieux tournoi, les basketteurs de la Principauté doivent d'abord accomplir un cycle de formation devant les conduire vers le haut niveau. Pour faciliter les choses, la direction a choisi cette année de limiter les équipes 1 et 2 de chaque catégorie d'âge à 15 éléments. "S'il y en a plus sur certaines catégories, on propose alors un créneau sur les fondamentaux, mais ils n'auront pas de compétition", précise Ludivine Fraget, qui justifie ce choix par la nécessité de travailler avec des effectifs raisonnables pour produire des séances de qualité. 

B09i2213

"Pour avoir des jeunes compétitifs, il faut de bonnes conditions d'entraînement. Laisser un entraîneur avec 35 joueurs, ce n'est pas possible. Maintenant qu'on a limité les effectifs, en tant qu'entraîneur général, je peux entrer dans le contenu technique et leur demander des résultats, ce qui n'était pas forcément possible avant. Là, je vais pouvoir donner une planification annuelle, des orientations de jeu, assez larges pour que ce ne soit pas trop fermé et qu'ils gardent une certaine autonomie. On donne une trame et ils doivent travailler dans ce sens-là pour que les garçons arrivent en U17 - U18 avec certains fondamentaux et acquis." 

B09i0828

Et dès leur plus jeune âge, ceux qui démontrent certaines aptitudes sont orientés vers la compétition. Si cela se fait doucement au départ, pour s'accélérer lorsqu'ils vieillissent un peu, l'ASM basket a mis en place un système bien rôdé. "En fin de saison, sur les petites sections, je demande aux entraîneurs de me donner quelques noms, les plus doués, pour qu'on leur fasse bénéficier d'un travail de passerelle, à savoir que ceux qui montrent un certain potentiel sont envoyés s'entraîner avec l'équipe d'au-dessus, pour préparer la saison d'après." Les U9 glissent ainsi avec les U11, les U11 avec les U13 et ainsi de suite jusqu'aux U18. 

Img 6697

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos