Eurocoupe : la Roca Team s'adjuge le premier acte des finales !

L'AS Monaco Basket a remporté au forceps la manche aller des finales d'Eurocoupe, mardi soir à la salle Gaston-Médecin, face à Kazan (89-87). Le succès monégasque s'est dessiné à la toute fin de la rencontre, après 40 minutes très serrées au tableau d'affichage.

De véritables montagnes russes ! Pour la première finale d'Eurocoupe de son histoire, l'AS Monaco Basket a pris une bonne option en s'imposant sur son parquet face à l'UNICS Kazan (89-87), mardi soir lors de la manche aller. Ce succès, si important à l'heure de se rendre en Russie pour disputer le match retour, s'est dessiné dans les dernières secondes sous le regard attentif du Souverain. Menés d'un point (86-87), les hommes de Zvezdan Mitrovic n'ont dû leur salut qu'à deux lancers-francs de Marcos Knight, avant d'arracher le ballon sur la dernière possession russe. En face, Kazan a longtemps vu en Artem Klimenko son improbable héros. Le pivot russe tournait à une moyenne de 2.3 points dans la compétition européenne après 12 matches, et a compilé 22 banderilles à Gaston-Médecin, dont 12 en première période. Mais les joueurs de la Roca Team, Marcos Knight et Rob Gray en tête, ont maintenu le navire à flot dans la tempête.

Passage à vide dans le deuxième quart-temps

Car si Monaco a mieux démarré cette rencontre, en établissant un écart déjà conséquent après 4 minutes de jeu (11-2), la Roca Team a ensuite livré des signaux assez alarmants en défense (15-14, 7e). Cette inhabituelle apathie défensive a donné des idées à Klimenko dans la peinture monégasque, puis à Jordan Theodore, auteur de 9 points dans le 2e QT (42-44 à la pause). C'est à cet instant, alors qu'on ne donnait pas cher de la peau de la Roca Team face à l'ogre russe, que les deux Américains sont sortis de la tanière, épaulés par un Mathias Lessort encore une fois énorme (17 points, 5 rebonds). 

Rob Gray meilleur marqueur

Marcos Knight s'est chargé de maintenir un écart raisonnable et d'empêcher Kazan de s'échapper au tableau d'affichage (14 pts, 6 rbs). Puis il a planté les deux lancers-francs décisifs à 20 secondes du terme. Kazan avait une dernière munition dans le chargeur mais s'est fait confisquer le ballon par Abdoulaye Ndoye dans la zone de décision. Rob Gray s'est alors échappé à grandes enjambées, obtenant un dernier lancer qu'il a converti, afin de mettre définitivement à l'abri ses partenaires (89-87). En remportant ce bras de fer, Monaco s'est ainsi évité une mission (quasi) impossible à Kazan, à savoir remporter le match retour et l'appui dans l'antre de l'UNICS, au milieu de 6500 supporters en folie. Même si, on l'a vu cette saison, la Roca Team est capable de renverser des montagnes. Même russes !

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos