"J'ai besoin de contrôler tout ce qui entoure l'équipe"

"Aider et montrer le bon exemple"

L'attaquant de l'AS Monaco, Keita Baldé, a passé son confinement en Principauté avec femme et enfant. Auteur cette saison de huit buts et quatre passes décisives toutes compétitions confondues, le Sénégalais n'a jamais rien lâché. Y compris durant le confinement.

Le sourire communicatif de Keita Baldé traverse l'écran au travers duquel nous nous rencontrons. Malgré un problème de son (de notre fait), l'échange est fluide, le Sénégalais naturel. Son fils, la chanson, sa motivation, ses engagements, Keita se confie. Tout en percussion, comme sur un terrain. 

Comment avez-vous vécu le confinement* ?

C'est une situation un peu difficile pour tout le monde. Ce sont des choses que l'on ne connaît pas, c'est la première fois que nous vivons cette situation. On n'est pas habitué à vivre de cette manière, loin des terrains, sans foot, sans travailler pendant autant de temps. C'est un peu dommage mais il faut s'adapter et ressortir les choses positives de ce confinement pour que chacun puisse s'améliorer et faire en sorte que tout aille mieux. 

Quel a été votre quotidien durant cette période ?

Il était important que je sois bien organisé. Je me suis levé tous les jours à la même heure, comme si j'allais à l'entraînement comme d'habitude. Un bon petit déjeuner, ensuite je profitais un peu d'être avec ma femme et mon fils (âgé de six mois) avant de commencer l'entraînement. On est resté en contact quotidien avec le staff pour recevoir des programmes et je pense qu'on s'est tous donné à fond pour les réaliser au mieux. Tous les gars, comme moi, ont compris la situation et on a su rester professionnel. On respecte le club et les gens qui y travaillent. La situation n'était pas facile, aussi bien pour nous que pour eux, mais on s'adapte et on s'entraîne en donnant le maximum. 

2020 02 04 Asm1 0angers 8962 Copie

Comment garde-t-on la motivation pour faire ses séances à fond quand on ne sait pas quand on pourra reprendre le foot ?

Cela veut dire beaucoup de chacun. On a tous notre personnalité, notre caractère, mais nous, avec le travail que l'on fait, il nous faut avoir une grande force mentale, dans les bons comme dans les mauvais moments. Dans ce genre de période, il faut rester costaud dans la tête car ce n'est pas facile. Il y a des jours où tu n'es pas motivé, bien sûr, ça arrive, mais il faut aller la chercher. Tu mets de la musique, tu cherches la source de motivation nécessaire pour te lancer et donner ton maximum. C'est important dans la vie, pas seulement dans le foot, pour trouver la voie vers la motivation et donner le meilleur de soi chaque jour.

Avez-vous fait des choses dont vous n'avez pas l'habitude ?

Normalement, je suis quelqu'un qui fait beaucoup de choses, que ce soit au foot ou en dehors. J'ai organisé ma terrasse pour pouvoir faire mes séances d'entraînement, sur l'autre, j'ai fait un petit jardin. J'ai aussi aidé ma femme pour ranger le dressing, parce que c'est catastrophique (rires). J'ai aussi passé beaucoup de temps à jouer avec mon fils car au quotidien, habituellement, je n'ai pas assez de temps pour ces petits moments de plaisir avec lui. C'est dommage, parce que je ne suis pas encore bon pour faire la cuisine, mais je vais m'y mettre dans le futur.

2020 01 04 Asm2 1reims Cdf 2905 Copie

Il semblerait aussi que vous ayez pas mal chanté, notamment à votre anniversaire ?

J'adore la musique et ce, depuis que je suis petit. Le jour de mon anniversaire, j'ai fait un petit concert et c'est vrai que beaucoup de monde a parlé de ça, au Sénégal, en Italie. (Sur l'hypothèse d'enregistrer un album) Ça arrivera plus tard (rires). On avance petit à petit, mais il n'y a pas encore d'album. Il y a beaucoup de choses à faire avant, mais ça viendra. On a passé un bon moment pour mon anniversaire, c'est ça l'essentiel.

Rester enfermé durant tout ce temps pour une personne habituée à beaucoup bouger, ça n'a pas été trop compliqué à vivre ?

Depuis petit, je passe ma vie à l'extérieur. Là, comme je devais rester chez moi, je me suis dit qu'au lieu de me morfondre, j'allais essayer de profiter de mon temps d'une manière différente. D'appeler des membres de ma famille ou des gens que je n'appelle pas assez. D'organiser des choses à la maison, de m'occuper de mon fils, de le changer, de lui donner le bain, des choses que je n'ai pas toujours le temps de faire en temps normal. Ce sont des choses qui ont permis aussi de renforcer nos liens, notre relation père-fils. J'ai dit à ma femme que cette période-là, même si c'était pour un, deux ou trois mois, je voulais essayer de profiter de ces moments. Il faut être conscient de la situation et essayer de voir tout ça de manière positive. Je suis comme ça.

2020 01 12 Psg3 3asm 2 43 Copie

Vous accordez une certaine importance à votre style. Comment vous êtes vous habillé durant le confinement ?

Ah, il y a des jours, où après la douche, je mettais une veste, comme si je devais aller au restaurant. Ma femme me voyait et me disait, "tu vas où" ? Je lui disais, "laisse moi tranquille, c'est pour moi, c'est psychologique, j'en ai besoin" (rires). Les gens qui me connaissent savent que j'adore être bien habillé. Même si je n'ai rien de prévu, je suis comme ça. Je prends soin de moi et je pense que c'est aussi important.

Vous avez aussi fait preuve d'engagement au travers de différentes initiatives ?

J'ai parlé de ça avec mes parents. Ma mère est ici, mon père à Barcelone, et je suis comme ça, j'aime aider les gens et si je peux faire quelque chose, je le fais. Le Sénégal c'est mon pays, même si je suis né en Espagne, mais je joue en sélection sénégalaise. Et donner le bon exemple, c'est important aussi. Si les jeunes Sénégalais voient que Sadio Mané a fait ça, que Keita a fait ça, ça leur donne un bon exemple. Du moment que c'est fait avec le cœur, merci. On essaie d'aider le pays, on a fait ça aussi en Italie, à Monaco également. J'adore ce pays, j'aime les gens qui sont ici, ceux qui travaillent pour le club, et je suis bien ici, donc le maximum que je peux faire, je le fais et c'est avec un grand plaisir. Mais on ne cherche pas de publicité, j'essaie de faire les choses le plus anonymement possible. L'important, c'est d'aider et de montrer le bon exemple quand on peut le faire.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos