"Replacer le club le plus haut possible"

Transféré définitivement à l'AS Monaco après un prêt cet hiver, l'ailier portugais Gelson Martins a faim à l'orée de la saison 2019/20. Ses ambitions, son adaptation, son passage en Espagne, le natif de Praia se raconte.

Sur un terrain, le joueur est plutôt déroutant. Pas facile à suivre. Il faut dire que ses qualités d'accélération en font un poison pour les défenseurs adverses. Formé au Sporting Portugal, où un certain Leonardo Jardim a déjà pu le voir à l'œuvre (le coach de l'ASM est passé par le SCP en 2013/14, lorsque Gelson Martins y était), il a gravi les échelons un à un pour faire ses débuts en pro en janvier 2015. S'il a d'abord évolué avec l'équipe B du Sporting, il n'a pas tardé à s'immiscer dans le groupe pro et à s'installer en équipe première après ses premiers pas en Liga Nos. 

Avec plus de 30 matches joués au cours de ses trois années en première division portugaise, il a logiquement tapé dans l'œil des recruteurs, notamment à l'issue d'une dernière saison aboutie (39 matches disputés (championnat + C1 et C3), pour 11 buts marqués et 10 passes décisives). Et c'est à l'Atletico Madrid qu'il signe, sous les ordres d'un certain Diego Simeone. Bridé par l'Argentin au tempérament de feu, Gelson Martins joue peu. Dans une position de deuxième attaquant qui ne lui permet pas d'exprimer ses qualités, le natif du Cap Vert passe plus de temps sur le banc que sur les prés. C'est un autre prêt, salvateur celui-là, qui va le relancer l'hiver venu. 

De retour aux affaires, le coach Leonardo Jardim le fait venir. Et très vite, ''l'homme aux dreadlocks'' (même s'il les a coupées depuis) s'est imposé sur le côté droit de l'attaque asémiste. Performant, efficace, bien qu'il ait connu un léger creux, plutôt logique après avoir si peu joué en première partie de saison, il a été l'un des artisans du maintien monégasque. Suffisant pour donner envie aux décideurs de l'AS Monaco de faire le nécessaire pour le garder, lui qui avait été prêté sans option d'achat. Et de quoi coller aux envies du joueur qui l'avait déclaré un peu plus tôt, en juin, qu'il ne souhaitait pas "retourner à l'Atletico car je suis le même joueur et mes caractéristiques ne collent pas avec celles de l'équipe et Diego Simeone ne va pas changer ses idées pour moi. Le mieux est probablement de changer d'air" (Record, quotidien portugais). 

C'est donc dans l'air monégasque que Gelson Martins a finalement choisi de voguer. Une Principauté où il commence d'ailleurs à trouver ses marques. "Monaco est une ville tranquille, je connais déjà pas mal d'endroits et ma famille s'est bien adaptée", glisse le jeune homme de 24 ans. Plus à l'aise sur un terrain que face aux micros, il s'est tout de même confié sur son adaptation, ces premières semaines de l'ère 2019/20 et ses ambitions pour la saison à venir. 

Comment se sont passées ces premières semaines d'entraînement depuis votre retour au club, le 1er juillet dernier ?

Nous avons bien travaillé, la semaine en Suisse s’est bien passée. Les matches amicaux sont importants pour notre préparation, le groupe a passé du temps ensemble, c’est une bonne chose. Il faut continuer dans ce sens. 

En quoi la méthode Jardim lors de la préparation estivale change-t-elle de ce que vous avez pu connaître jusque-là ?

Globalement, les préparations d'avant-saison se ressemblent toutes. Le but, pour les coaches, est de préparer les joueurs physiquement, d'abord, puis tactiquement, ensuite. Vous étiez prêté sans option d'achat l'hiver dernier. 

Était-ce important pour vous de rester et de vous inscrire dans le projet de l'AS Monaco ?

Oui, dès le départ, depuis le mois de janvier et mon arrivée ici, j'ai tout de suite su que je voulais rester ici. C'est ici que je veux évoluer, progresser, mais aussi prendre du plaisir. 

Quelle importance a eu Leonardo Jardim dans votre décision de venir à l'AS Monaco et de rester ici ?

Une grande importance ! Il me connaît bien pour m'avoir déjà eu au Sporting (Club Portugal) et sait ce qu'il peut me demander. Il connaît mon style et ce que je peux apporter. Le coach m'a fait confiance dans une période où les choses étaient difficiles pour moi. Il m'a apporté son aide et j'ai essayé de lui rendre cette confiance sur le terrain la saison dernière. Et je compte bien continuer cette saison. 

Quel bilan faites-vous de vos premiers mois à l'AS Monaco ?

Je pense que le bilan est assez positif, avec des hauts et des bas bien sûr. Mais le plus important a été d'atteindre l'objectif en six mois. Dorénavant, nous avons plus de temps, ce qui nous permet de pouvoir mieux travailler et cela nous aidera à réaliser de meilleures choses.

Comment s'est passée votre adaptation à la Ligue 1 ?

Je pense que je me suis bien adapté, ça n'a pas été très difficile au final. Le football français est plus physique, il y a plus de contacts, c'est plus intense. Si l'on compare au football espagnol ou portugais, le jeu est plus au sol dans ces championnats qu'il peut l'être en France. Avant d'arriver à l'AS Monaco, vous étiez à l'Atletico Madrid. 

Qu'avez-vous gardé de cette expérience malgré vos difficultés là-bas ?

J'y ai vécu une situation compliquée, c'est vrai, car je pense que les caractéristiques de mes entraîneurs ne collaient pas à mes principes de jeu. Mais tout cela est du passé et je veux désormais me focaliser sur l'AS Monaco et y performer. Diego Simeone est un sacré personnage. 

Quels souvenirs en garderez-vous ?

Je garde un bon souvenir du club car l'Atletico Madrid a été spécial pour moi (son premier club autre que le Sporting Club Portugal, où il a été formé). J'y ai beaucoup appris et cette étape m'a aussi aidé à progresser en tant que joueur. 

Quelles sont vos ambitions pour cette saison, aussi bien collectives que personnelles 

Notre ambition est de faire du mieux possible et j'espère que nous réaliserons de belles choses cette saison afin de replacer le club le plus haut possible en championnat, à la place qu'il mérite. Personnellement, je vais surtout essayer d'aider l'équipe et le collectif au maximum en marquant des buts et en faisant des passes décisives. 

Ls Asm 2170

Comment définiriez-vous votre style de jeu ?

J'ai un football offensif, je cherche toujours à créer des déséquilibres dans le camp adverse. Et cela toujours dans l'idée d'aller marquer ou de créer un décalage et faire une passe décisive. 

Quelle est la chose que vous aimez le plus dans le jeu ?

Recevoir un ballon et aller provoquer mon adversaire avant de pouvoir centrer ou marquer.

Le travail défensif, c'est compliqué pour vous non ?

C'est une chose que j'essaie de faire le mieux possible, en faisant attention à me replacer au maximum et à aider défensivement.

Ls Asm 2084

Quels sont vos points forts selon vous ?

Cette capacité à créer un déséquilibre chez l'adversaire, à éliminer un joueur adverse pour réussir une passe décisive ou marquer.

Et vos points faibles sur lesquels il vous faut travailler ?

La finition et le jeu face au but. Le coach me le répète sans cesse d'ailleurs, il me faut travailler sur ces points là pour gagner en efficacité. Car grâce à ça, je marquerai plus de buts (sourire).

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Tac au Tac "spécial Gestes techniques"

Passement de jambes ou roulette ?
Passement de jambes.
Crochet ou petit pont ?
Crochet !
Grand pont ou coup du sombrero ?
Grand pont.
Coup du foulard ou bicyclette ?
Bicyclette.
Celui que vous faites le plus souvent ?
Les passements de jambes.
Cheveux courts ou cheveux longs ?
Cheveux longs (rires).


Fiche technique

Nom : Martins.
Prénom : Gelson Dany Batalha.
Date de naissance : 11 mai 1995.
Lieu de naissance : Praia, Cap Vert.
Nationalité : Portugais.
Taille : 1,73 m.
Poids : 74 kg.
Clubs précédents : Sporting Portugal (2014/18), Atletico Madrid (2018/19).
Saison 2018/19 : Atletico Madrid (juillet 2018 / janvier 2019) : 10 matches. AS Monaco (janvier 2019 / mai 2019) : 17 matches, 4 buts et 4 passes décisives.
Durée du contrat : 5 saison (2019/2024).