"Je ne regrette pas d'être revenu"

Tiémoué Bakayoko a été l'un des artisans du titre de champion de France obtenu à l'issue de la saison 2016/17. De retour à l'AS Monaco, le milieu de terrain de 25 ans s'est rapidement imposé dans l'entrejeu monégasque où il a apporté de la stabilité.  (Issue du magazine)

Si son talent s'est d'abord manifesté au Stade Rennais, c'est sous le maillot à la diagonale qu'il a explosé aux yeux de la planète football. Parti ensuite à Chelsea, d'abord, puis à l'AC Milan (en prêt la saison dernière), ''Baka'' est revenu aider son club cette saison. 

Que recherchiez-vous en revenant à l'AS Monaco ?

C'était important que je sois heureux. Un footballeur a besoin d'être heureux et de jouer. Je sortais de deux saisons où, malgré tout, j'avais beaucoup joué, que ce soit à Chelsea ou à Milan, mais j'avais besoin de stabilité. Et de me retrouver. Mes proches et moi-même pensions que Monaco était le bon endroit pour ça. Aujourd'hui, je me suis fixé certains objectifs, que je préfère garder pour moi, et je pense que je peux les atteindre en étant ici. Ce sont des objectifs personnels, mais qui peuvent aller avec ceux du club car je peux être un élément qui va aider l'AS Monaco à atteindre les siens. C'est un peu difficile en ce moment*, mais je ne regrette pas d'être revenu.

Vous attendiez-vous à une première partie de saison si délicate ?

Il ne faut pas oublier que la fin de saison dernière a été très compliquée (maintien à la dernière journée). Beaucoup de choses se sont passées, au niveau du club, mais aussi pour la confiance de l'équipe. Je savais bien évidemment qu'en revenant, je ne retrouverais pas exactement le même cadre que celui en place lorsque je suis parti. Mais de gros efforts ont été fournis avec tous les joueurs qui sont arrivés en fin de mercato. Il y a une petite déception  de se savoir là au classement, mais le championnat est très serré et on n'est pas très loin. Il faut voir dans le futur. 

2019 11 24 Fcgbordeaux2 1asm 8242

Quel bilan faites-vous, collectivement et individuellement, de cette première partie de saison ?

Collectivement, c'est insuffisant. Au vu du groupe que l'on a et de nos résultats, c'est forcément insuffisant. On doit tous s'améliorer, en faire plus, être plus exigeants envers nous-même. Et je pense que si tout le monde a cette exigence, on ira beaucoup plus haut. Individuellement, je pense que dans l'ensemble ce n'est pas mal. Je fais de bons matches mais il est toujours difficile de tirer son épingle du jeu quand les résultats collectifs ne sont pas en notre faveur. 

Vous avez dit vouloir vous retrouver en revenant à l'AS Monaco. Avez-vous réussi ?

Me retrouver, oui. Je retrouve un cadre que je connais, un championnat que je connais très bien, donc c'est plus simple. Après, tout le monde attendra forcément plus de moi, des gros matches de ma part, tout le monde sera plus exigeant avec moi. Je pense avoir répondu aux attentes, mais au classement ça ne paie pas. Et je préfère revenir au collectif, parce que mon cas individuel, dans ces moments-là, il n'est que très peu important. 

2019 11 24 Fcgbordeaux2 1asm 8309

Gérer ces attentes, cette pression, comment ça se passe pour vous ?

Il faut être costaud mentalement, c'est sûr, mais à Monaco, on est dans un contexte où on te donne la possibilité d'être à l'aise. Le cadre de vie est bien, la pression est minime par rapport à d'autres clubs où je suis passé. C'est donc plus simple à gérer. Je pense être sur la bonne voie, mais je suis perfectionniste et je sais que je peux mieux faire. 

Que retenez-vous, justement, de vos expériences en Angleterre et en Italie ?

Beaucoup de positif. J'ai eu la chance de connaître deux grands clubs (Chelsea FC et AC Milan), deux championnats très différents (Premier League et Serie A), avec une autre approche du football, donc ça m'a surtout apporté en expérience. Et je pense être un joueur accompli dans de nombreuses choses, j'ai beaucoup appris. Il ne me manque pas grand chose afin de pouvoir m'exprimer du mieux possible.

2019 12 07 Asm3 0amienssc 9682

En tant que milieu de terrain, après la Ligue 1, vous avez évolué en Premier League et en Serie A. Qu'est-ce qui a fondamentalement changé pour vous ?

En Angleterre, tout le monde le voit, l'intensité est énorme et on t'y demande beaucoup plus d'efforts que dans le championnat français. D'où l'importance du travail invisible. C'est vraiment important de bien prendre soin de son corps, parce que les efforts demandés en match sont énormes. En Italie, je dirais que j'ai beaucoup aimé tout ce qui est tactique, le professionnalisme. J'ai appris une autre façon de vivre le football. Je pense que c'est la bonne voie et qu'ils ont tout compris là-bas.

Ces passages vous ont amené à modifier des choses dans votre approche du football ?

Oui, elles m'ont aidé à en avoir une autre. Je pense que j'insistais moins à l'époque sur le travail invisible que je ne peux le faire aujourd'hui. Tout ce qui est en dehors du foot est très important pour être bien sur le terrain. Et j'y attache beaucoup d'importance par rapport à avant. C'est aussi s'ouvrir, ne pas penser qu'au football, bien prendre soin de soi, de son corps, récupérer, être vraiment focus sur son métier.

2019 12 07 Asm3 0amienssc 9599

L'apprentissage se fait aussi auprès des partenaires et vous avez joué avec quelques milieux de terrain de renom (Fabregas, Toulalan, Montolivo, Moutinho). Lequel vous a le plus appris ?

Je dirais Toulalan. Il m'a beaucoup apporté. Je trouve aussi qu'on a formé une bonne paire avec Fabinho. Ce sont deux joueurs qui m'ont beaucoup apporté et de qui j'ai beaucoup appris. On s'est poussé pour progresser. Mais si je ne devais en ressortir qu'un, ce serait vraiment Toulalan. Je venais juste de sortir de Rennes, je n'avais pas toutes les bases et il m'a beaucoup apporté là-dessus. Quand tu es jeune, tu peux croire que tu connais tout et que tu sais tout ce que tu dois faire sur un terrain, mais tu dois surtout prendre le temps d'observer, prendre ce qu'il y a à prendre des joueurs avec qui tu évolues. Il faut toujours vouloir apprendre. 

Quel est votre positionnement préférentiel ?

Je n'en ai pas forcément un que je préfère plus qu'un autre. A Milan, comme à Chelsea d'ailleurs, j'ai aussi bien évolué en pointe basse qu'un peu plus haut d'un milieu à trois. Mais si vraiment je devais ressortir une préférence, ce serait de jouer à deux milieux récupérateurs avec une pointe haute. Je préfère ça parce que ça me permet de pouvoir exister un peu plus offensivement.

2019 12 04 Toulousefc1 2asm 9003

Vous avez évoqué tout à l'heure l'importance de s'ouvrir à d'autres choses qu'au football pour être bien dans sa peau. Quelles sont les choses qui vous permettent de vous évader ?

J'ai ma femme, j'ai ma famille. Je suis quelqu'un qui essaie toujours de découvrir de nouvelles choses, qui essaie de s'intéresser à ce que les autres peuvent faire. Le sport c'est mon métier, mais c'est important de découvrir d'autres choses parce qu'une carrière ça dure 15-20 ans maximum et c'est bien d'avoir des connaissances.

Quelle est la dernière chose que vous avez appréciée et dont vous n'aviez pas forcément l'habitude ?

Je me suis trouvé une attirance pour la lecture. Je lis beaucoup. J'ai plein de livres à lire et je fais beaucoup ça à la maison, au calme. Ça aide à s'évader aussi. Le dernier que j'ai lu ? L'Alchimiste. Un bon livre (sourire).



*L'interview a été réalisée deux jours avant la 19e journée et la victoire face à Lille (5-1). 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Les ''préférés'' de ''Baka''

Un livre ?
Le Coran.

Un film ?
300 ! 

Un dessin animé ?
Naruto.

Une musique ?
Il y en a trop. Je dirais de la variété congolaise.

Une série ?
Game of thrones.

Un jeu vidéo ?
Fifa !

Une activité hors foot ?
Regarder des séries.

Un plaisir non-avoué ?
Faire le ménage ! Je déteste la saleté.