"Le geste parfait ? Le petit pont !" - S. Jovetic

Stevan Jovetic a entamé sa troisième saison à l'AS Monaco. Attaquant polyvalent, il a pris le temps de parler de son premier amour, le football*.

Esthète, Stevan Jovetic est ce genre de joueur pour lequel on apprécie de payer sa place au stade. Pourquoi ? Parce qu'on sait que sur un geste, une inspiration, il est capable de sortir une action de classe pouvant débloquer la partie à tout instant. Et qu'il transpire le football.. 

Quel genre de joueur est Stevan Jovetic ?

Honnêtement, je n'aime pas trop parler de moi parce que je pense que c'est un peu inapproprié. Bien sûr, chacun de nous a une opinion, et une haute opinion de lui-même, mais quand vous parlez, ça peut passer pour de l'arrogance et je préfère laisser les autres parler de moi. C'est donc difficile de répondre à la question (rires). (On insiste un peu) Mais si je devais me décrire, je dirais que je suis un joueur technique avec une bonne vision du jeu. 

Quelle est votre position préférentielle ?

J'ai joué dans pas mal de positions, comme attaquant, ailier gauche, numéro 10. Ce que je préfère, c'est de jouer à deux attaquants, en étant un peu en retrait, pour redescendre et prendre le ballon, à la manière d'un numéro 10 tout en étant proche de la surface pour marquer des buts. 

Qu'aimez-vous le plus dans le football ?

Le football. Quand j'ai commencé à marcher, la première chose que j'ai prise, c'est le ballon. Les enfants prennent souvent plein de jouets, ils passent de l'un à l'autre, mais moi, j'ai pris le ballon, je l'ai touché, et je ne l'ai plus lâché. Donc pour moi, ce n'est pas juste un jeu, c'est quelque chose de plus. J'aime vraiment le football, tout comme la compétition. Je déteste perdre, même aux jeux à l'entraînement. 

Jove 8340

Pourquoi avoir choisi le football étant petit ?

Je ne sais pas trop... Je pense que j'ai vu que je jouais bien, que j'aimais ça, que j'y prenais plaisir et j'ai décidé un jour d'aller avec mes amis pour voir comment ça se passerait tous les jours en s'entraînant, d'aller dans un club, et non plus simplement jouer sur la route avec les autres enfants. Nous avons fait un match, j'ai été bon, j'ai marqué beaucoup de buts et, depuis ce jour, je n'ai plus arrêté. Les seuls jours où je n'ai pas joué, hors période de blessure, c'est lorsque j'ai quitté Monaco durant trois jours lors du décès de mon père.

Que représente le football pour vous ?

Pour moi, c'est vraiment très important, c'est un mode de vie. Je joue depuis que j'ai 8 ans, donc depuis 22 ans, je fais ça tous les jours, je vis pour ça. Je n'aime pas appeler ça un travail, car pour moi ce n'est pas un travail, on ne peut pas dire qu'on aille travailler quand on vit de sa passion.

Jove 3900

Qu'y-a-t-il dans la vie de Stevan Jovetic en dehors du football ?

Je suis devenu père et maintenant c'est de loin la chose la plus importante dans ma vie d'homme, mon fils, Miodrag, qui a 9 mois. Il est ma priorité. Depuis sa naissance, j'ai toujours hâte de rentrer à la maison pour le voir, jouer avec lui, m'occuper de lui. 

A-t-il déjà un ballon ? 

Bien sûr ! Juste au cas où (rires). Mais je ne suis pas le genre de père à vouloir pousser un enfant pour jouer ou faire quelque chose qu'il ne voudrait pas. J'espère qu'il fera du sport, car ça permet de rencontrer des gens, d'être en bonne santé, etc, et bien sûr j'aimerais qu'il en fasse, mais s'il n'aime pas, je ne le forcerai pas. Ce serait une perte de temps, il pourra choisir ce qu'il veut, être qui il veut. Il écrira sa propre histoire. 

Cela fait près de 15 ans que vous êtes pro. Qu'est-ce que le football vous a apporté ?

Beaucoup de choses ! J'ai rencontré beaucoup de gens et à la fin, les amitiés sont ce qui reste, après 10, 15 ans à jouer, vous devenez amis avec des gens pour la vie et c'est l'une des choses les plus importantes. J'ai aussi beaucoup voyagé, j'ai vu beaucoup de pays, j'ai été presque sur tous les continents, c'est une expérience incroyable.

Quel championnat vous a le plus marqué ?

Le football italien, forcément, c'était ma première expérience dans un grand championnat, à la Fiorentina (2008/13), j'y ai joué 5 ans, c'était vraiment bien. J'ai marqué pas mal de buts et je pense avoir vraiment bien joué là-bas (40 buts et 21 passes décisives en 134 matches). Il y a aussi Séville, où j'ai joué 5 mois (2017, 21 matches, 6 buts, 4 passes décisives), j'y ai passé un très bon moment, je m'y suis bien senti, je jouais bien, et les fans étaient incroyables. 

Jove 1677

Dans quel championnat avez-vous pris le plus de plaisir ? 

En Italie et en Espagne. Je pense qu'en Espagne, c'est le football dans lequel je me sens le mieux, le plus adapté à mon jeu, parce qu'il y a beaucoup de joueurs techniques, on y joue pour marquer un but de plus que l'adversaire. Alors qu'en Italie, tu joues d'abord pour ne pas en encaisser, et si tu en mets un c'est bien, c'est très tactique. 

Que pensez-vous de la Ligue 1 ?

Je pense que le championnat de France est de bonne qualité, c'est inférieur à l'Angleterre, l'Italie et l'Espagne, mais c'est le 4e meilleur en Europe. Le Paris-Saint-Germain a joué la finale de la Ligue des Champions, l'équipe de France est championne du monde, donc ça veut dire aussi quelque chose, ce n'est pas anodin.

Comment fait-on pour s'adapter rapidement quand on découvre un nouveau championnat ?

Je pense que, quand quelqu'un est bon, c'est plus facile pour s'adapter. Au final, le football est le même partout, bien sûr il y a des petites différences, donc il faut s'adapter à ça. En Angleterre, ils sont très physiques, donc il faut s'y acclimater, comme en France, où ils sont physiques, rapides et il faut adapter son propre style à ces caractéristiques pour trouver la solution, obtenir les meilleurs résultats.

Jove 8284

Vous avez une capacité à réaliser des gestes de classe, d'où cela vient-il ? Est-ce inné ou travaillez-vous ce genre de choses ?

Je pense que c'est instinctif, dans l'instant, ça dépend. On ne peut pas décider à l'avance car on ne sait pas quand ou comment l'adversaire va vous attaquer, donc c'est quelque chose qui se passe instinctivement. 

Un peu comme ce but la saison dernière face à Angers ?

C'est ça. Le ballon de Youssouf (Fofana) est très bon, mais je suis dos au but, si je contrôle, je suis à l'arrêt et si je tente de me retourner, le défenseur arrive, donc j'ai essayé cette tête lobée à l'aveugle parce que je savais que le gardien ne pourrait pas être sur sa ligne. Ça a donné un très beau but (sourire).

Quels ont été vos modèles ?

Mon idole de jeunesse était Andrei Shevchenko, mais j'aimais aussi énormément (Predrag) Mijatovic et (Dejan) Savicevic du Monténégro. Quand j'ai été plus vieux, j'ai beaucoup aimé Ronaldinho car il a pour moi été le meilleur. Ce qu'il avait, personne d'autre ne l'avait. La vision de jeu, à chaque match il inventait quelque chose. A l'époque, je regardais le FC Barcelone le samedi soir à 22 heures et le dimanche j'essayais de refaire la même chose. C'était difficile mais j'étais très inspiré par lui (rires).

Jove 5221

Quel est pour vous le geste parfait ?

J'aime le petit pont (rires). Quel qu'il soit. Quand c'est petit pont, c'est génial. J'aime aussi piquer le ballon.

Et vous préférez marquer ou faire des petits ponts ? 

(Sourire) Marquer, toujours marquer ! J'aime aussi faire de belles passes décisives, surtout quand tu surprends tout le monde. Le petit pont arrive après tout ça (rires). 


* Article issu du CSM n°50

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Fiche technique

Stevan Jovetic
Né le 02/11/89 (31 ans)
Monténégrin (Titograd)
1 m 83 - 79 kg
Arrivé au club le 29/08/2017
Depuis son arrivée : 52 matches, 14 buts, 4 passes décisives
En sélection : 57 matches, 27 buts, 12 passes décisives