"Je prends énormément de plaisir à jouer au 7"

Après avoir commencé le rugby à XV, Antoine Zeghdar est aussi un très bon joueur de rugby à 7. En équipe de France depuis mars 2019, c'est une expérience qu'il apprécie.

Né à Monaco et ancien de l'AS Monaco rugby, Antoine Zeghdar est aujourd'hui un international français. A 20 ans, il fait partie du 7 de France et participe activement aux World Rugby Sevens Series. Lors des trois premiers tournois de la saison avec les Bleus, il a terminé 3e au Cap, 2e à Hamilton puis 9e à Sydney. Mais le joueur d'Oyonnax, en Pro D2, est aussi un des rares tricolores à doubler avec le rugby à XV. Une discipline où il a aussi porté le maillot tricolore, chez les U20.

Comment avez-vous vécu le contrecoup de Sydney ?

Il y avait des conditions climatiques exceptionnelles, il faisait 45°C lors de nos matches. Le format de qualification était un peu différent, seul le premier se qualifiait en demi-finale. Et dès le premier jour, on a perdu un match (12-24 contre l'Afrique du Sud). On savait qu'on ne pouvait plus terminer premier et, inconsciemment, ça a pu jouer. Mais c'est sûr que finir 9e après deux bons résultats, c'est une déception.

Quel bilan tirez-vous des trois premières étapes ? 

Sur les deux premiers tournois, je ne suis rentré qu'en demi-finale et en finale. Ensuite à Sydney, j'ai eu beaucoup plus de temps de jeu. Le coach (Jérôme Daret) est content de ce que j'ai montré. Bien sûr, on peut toujours faire mieux, il y a des petits détails à régler. Il faut que je m'entraîne et que je travaille dur.

C800be6e 051b 4551 987f Bc9b2927c2ac

En parallèle des World Rugby Seven Series, l'équipe de France doit jouer un tournoi de qualification olympique (le 21 juin à Biarritz). Une seule équipe se qualifiera. Êtes-vous optimiste ?

C'est vrai que c'est un "one shot" donc ça fait toujours un peu peur, surtout qu'au rugby à 7, tout peut arriver. Mais on s'entraîne dur depuis le début de l'année pour y arriver. Et quand le moment sera venu, on donnera tout et j'espère qu'on se qualifiera. Participer aux Jeux olympiques, c'est un objectif prioritaire pour moi. C'est vraiment l'étape ultime pour un sportif de haut niveau.

Que ressentez-vous en endossant le maillot des Bleus ?

C'est vraiment un honneur et une fierté de pouvoir représenter l'équipe de France. C'est exceptionnel de pouvoir porter ce maillot à chaque fois que j'entre sur le terrain. En plus, je prends énormément de plaisir à jouer au 7 puisque c'est une discipline incroyable. Et surtout, je suis dans une équipe avec des mecs super, que ce soit sur ou en dehors du terrain. On s'entend tous vraiment bien. Donc, je vis vraiment des moments magiques à chaque fois que je pars en tournée avec eux et je prends mon pied à jouer au rugby à 7.

D751bf6b 61dc 4d2c 8359 4972064d4018

Vous jouez aussi au rugby à XV. Comment cela se passe avec votre nouveau club d'Oyonnax ?

Avant de signer le contrat, j'ai beaucoup parlé du 7 avec Oyonnax. Ils ont été très compréhensifs sur mes envies. Ils étaient vraiment dans une optique de développement du joueur et c'est aussi ce qui m'a plu chez eux. Mais l'année prochaine, je pense que ce ne sera pas comme ça, et que je jouerai beaucoup plus avec Oyonnax puisqu'il n'y aura pas d'événement à la fin de l'année.

Est-ce difficile de se partager entre le rugby à 7 et le XV ?

Ce n'est pas évident. D'ailleurs il n'y a pas beaucoup de joueurs qui le font. Par exemple, en ce moment en équipe de France, je suis le seul. Mais le 7 permet de se développer physiquement. Depuis que je m'entraîne avec le 7 de France, j'ai pris en vitesse et j'ai pris en cardio. Et au niveau des passes aussi, elles sont plus longues donc mécaniquement ça nous pousse à nous améliorer. Il y a vraiment beaucoup d'aspects dans le 7 qui permettent de progresser. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos