Dossier

Un tournoi des jeunes pour les 50 ans de l'AS Monaco rugby

À l'occasion de ses 50 printemps, l'AS Monaco rugby avait organisé un grand tournoi pour les pitchouns. Les 14 et 15 juin, la pelouse du stade Louis-II s'est retrouvée assaillie par plusieurs centaines de petits joueurs venant d'une dizaine de villes de France et d'Italie.

Pas trop de répit pour les petits, et encore moins pour les éducateurs. Avec 600 gamins en crampons à gérer sur le terrain monégasque en un week-end, il fallait être à l'affût. Ils avaient entre 6 et 14 ans et étaient bien décidés à en découdre sous un soleil carabiné, motivés par les éclats de voix de leurs coaches.

On croisait Matthieu Louppe, président de l'ASM rugby, sur un bord de terrain. "C'est la première fois qu'on organise ce tournoi des jeunes. Le but, c'est que tous les enfants de l'école de rugby puissent jouer et se confronter", expliquait-il. 

"Nous nous sommes organisés pour loger les clubs qui viennent de loin comme Saint-Savin (dans la Vienne), Bourgoin (Isère) et Milan, afin que ce soit plus confortable. Les jeunes de Saint-Savin sont hébergés chez des familles de joueurs. Cela fait partie d'un échange que nous faisons avec la ville." 

De ce qu'on entendait, les éducateurs étaient satisfaits de l'organisation. Le grand terrain avait été proprement découpé en plusieurs zones de jeu, le vaste écran du stade annonçait les scores des équipes en action et une buvette bien fournie avait pour mission de nourrir tout ce petit monde.

Jauzion pour arbitre

La journée du samedi était consacrée aux U7 et aux U15. Le rendez-vous était fixé aux alentours de neuf heures. Pour les plus jeunes, il n'y avait pas de classement, seulement des gagnants. 

Ils disputaient de petits matches entre 10 heures et midi, savouraient leur remise de récompenses, puis filaient visiter la Principauté. Pour les plus grands, ça plaisantait moins. 

Dans la matinée, deux poules de quatre équipes devaient se départager durant des matches de dix minutes. L'après-midi, on jouait la finale et la consolante en deux fois sept minutes, sous le regard pour le moins expérimenté de Yannick Jauzion, ancien rugbyman professionnel (à lire en pages suivantes) et arbitre d'un jour. 

Les Dracénois s'illustraient brillamment et remportaient la partie. Lors de la petite finale, c'est l'équipe de Cassis qui a sauvé l'honneur. Monaco terminait à la quatrième place sur huit engagées, pas peu fière de s'être donnée à fond.

On est compétiteur ou on ne l'est pas

Dimanche, c'était au tour des U9, des U11 et des U13 de faire leur entrée. Chaque catégorie d'âge avait un temps de jeu différent. Par exemple, lors des matches de poule, les moins de neuf ans jouaient des parties de six minutes, alors que l'après-midi, en phase finale, il jouaient deux fois quatre minutes. 

Le but : inscrire un maximum d'essais durant le temps imparti. Aux environs de 10 heures, on commençait à faire le tour des équipes, pour prendre la température. "Pour l'instant, on perd 1-0", commente Richard Henri, l'un des coaches des U13 de Monaco, sans quitter le terrain des yeux. 

"Personne ne couvre les ailes", puis s'adressant à son collectif : "Y a personne là, les gars !" C'était une compétition amicale, certes, mais ça restait une compétition. De l'autre côté du terrain, on rencontrait Fabien Camin et Pascal Rambaud, les deux autres éducateurs. 

"Hier, ils ont fait les fous à jouer et courir avec des ballons pleins d'eau. Alors ce matin, pour leur premier match, ils étaient un peu endormis. Mais ça semble monter crescendo. Ils se montraient un peu plus vifs dans le deuxième… On attend le troisième avec impatience", racontait Fabien, amusé.

Page 1/3

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos