Dossier

Le water-polo, un sport de 
combat collectif

Parmi les vingt-quatre activités sportives que compte l'AS Monaco, on trouve le water-polo. Affiliée à la section natation, cette discipline est gérée de mains de maître par Sébastien Dervieux, pour la deuxième saison. Ancien nageur et coach impliqué, le prof d'EPS a en charge l'équipe première.

Les poloïstes, ces spécimens aquatiques flanqués d'un cache-oreilles et d'un slip de bain, souvent trapus et gonflés de muscles, sont quatre-vingt-cinq au sein de l'AS Monaco natation. 

Répartis en trois niveaux, les Asémistes sont chapeautés par quatre coaches. Les moins de treize ans évoluent avec l'entraîneur David Lazzaroni et participent au championnat régional Côte d'Azur.

Les moins de quinze ans sont coachés par Joseph Bonci et David Hiron, et ont remporté le championnat régional Côte d'Azur pour la deuxième année consécutive. Ils évoluent également dans le championnat de zone Méditerranée, qualificatif pour le championnat de France. 

Enfin, l'équipe première composée de juniors et de seniors (de 15 à 43 ans), entraînée par Sébastien Dervieux, a remporté le championnat  régional toutes catégories.

Descendre pour mieux revenir

"Nous nous étions maintenus en Nationale 3 la saison passée, mais nous avons fait le choix de redescendre en Régionale afin d'intégrer plus facilement les jeunes", explique l'entraîneur. 

"En N3, le niveau est élevé car les équipes réserves des cinq meilleurs clubs de Pro A se trouvent en zone Méditerranée." Il s'agit de Marseille, Aix-en-Provence, Nice, Sète et Montpellier. D'où la décision du coach de descendre d'une marche afin de mettre en confiance les moins expérimentés.

"Nous avons misé sur la dynamique de groupe cette année. Et cela a l'air d'avoir pris puisque nous terminons premiers", souligne Dervieux, qui réfléchit  déjà au déroulé de la saison à venir. 

"Au niveau du club, nous aimerions ouvrir un groupe dédié aux moins de onze ans. L'objectif est de créer une passerelle entre les nageurs de l'ASM et le water-polo. C'est important de former les poloïstes le plus tôt possible car c'est un sport très exigeant physiquement. Concernant l'équipe première, nous avons gagné l'accession en N3 et pouvons monter si nous le souhaitons, mais nous y réflechissons encore", indique-t-il. En attendant, le passionné voit déjà plus loin. Il parle d'atteindre au moins les barrages pour l'accession à la N2 dans deux ans.

La richesse du sport co

Passionné. L'adjectif lui va comme un gant. Le professeur d'EPS français détaché à Monaco enseigne au lycée technique. Trois soirs par semaine, il se rend au stade Louis-II afin de prodiguer deux heures d'entraînement à sa trentaine de poulains. Le mercredi, une troisième heure est consacrée au renforcement musculaire. 

"J'ai commencé à pratiquer le water-polo à Marseille. J'étais gardien de but en N1. Puis je suis devenu professeur d'EPS à Taverny (Val d'Oise). En même temps, je passais mon brevet d'État de water-polo et j'étais joueur de N2." 

Initialement, Sébastien Dervieux est un nageur. Il a notamment pris part à huit championnats de France en N2. "Durant mes études de Sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps), j'ai pris l'option sport collectif. C'était plus intéressant que la natation à étudier. J'ai toujours trouvé que c'est lorsqu'on doit gérer un groupe qu'on apprend le plus", déclare l'entraîneur au large sourire.

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos