Un demi-siècle, ça se fête !

Le 8 juin, la grande famille du squash monégasque s’est réunie pour célébrer les 50 ans du club. Pour l’occasion, Mélanie Flachaire et toute l’équipe du Monte-Carlo Squash Rackets Club avaient mis les petits plats dans les grands en invitant trois champions de la discipline.

Il est des anniversaires plus symboliques que d'autres. Et 50 ans est assurément un de ceux que l'on célèbre en grande pompe. Le samedi 8 juin, alors que le Mare Nostrum battait son plein à la piscine du stade Louis-II (p. 30-34), l'heure était à la fête du côté du Monte-Carlo Squash Rackets Club. Exit les bancs de musculation et autres appareils de gym. Dans la salle et sur la mezzanine, des rangées des chaises étaient prêtes à accueillir quelques dizaines de spectateurs tandis que des banderoles anniversaire étaient venues décorer le bas des courts. 

Img 1329

L'aboutissement d’une intense réflexion de la part de l’équipe du club chapeauté depuis janvier par Mélanie Flachaire. "Il y a 10 ans, pour les 40 ans, on avait organisé une journée dans un complexe multisports avec les membres du club. C'était un moment de partage. L'anniversaire d'une dizaine, c'est toujours important, mais 50 ans, pour moi, c'est encore un cran au-dessus. Je voulais quelque chose qui se passe au club et qu'on parle du squash à Monaco, parce qu'aujourd'hui, ça nous permet aussi de nous faire connaître. Mais la priorité, c'était de faire plaisir aux membres", explique la néo-présidente de celui qui fut initialement créé en 1969 au Monte-Carlo Country Club avant de prendre ses quartiers au Louis-II lors de son inauguration en 1985.

Des guests d'exception

Rapidement, l’idée s’est imposée de faire venir des joueurs professionnels. Il faut dire qu’au fil des années, le club s’est forgé un solide carnet d’adresses. Initialement attendue, la n°1 française et n°3 mondiale, Camille Serme, que l’on retrouve très régulièrement sur les courts monégasques, a finalement dû s'excuser pour incompatibilité de calendrier, les finales PSA World Tour débutant le même week-end (elle s'est inclinée en finale face à la n°1 mondiale Raneem El Weleily). Idem pour les meilleures féminines mondiales que l’on retrouve chaque année lors du Monte-Carlo Squash Classic. 

Img 2119

Mais le club avait quand même réuni un beau plateau avec Grégoire Marche (n°1 français), Nicolas Müller (n°1 suisse) et Grégory Gaultier (ancien n°1 mondial et champion du monde 2015) qui, en convalescence après une opération du genou, avait quand même fait le déplacement. "J'ai tenu à être présent. Je connais beaucoup de monde ici dont Yves (Tastet, le manager général du club), avec qui j'étais en équipe de France junior, et Mélanie Flachaire, qui a assisté à de gros tournois comme celui de New York. Pour moi, c'était important d'être là et je suis très content de participer à cette fête", souligne le joueur qui, à défaut de pouvoir taquiner la balle, distillait conseils et recommandations tandis que ses homologues affrontaient, chacun sur un court, les licenciés du club. 

Img 1410

Avant la pause déjeuner, l'ancien n°1 mondial a même improvisé une séance de questions / réponses informelle avec une quinzaine de membres. Les meilleurs joueurs de la discipline, ceux u'il a affrontés, les qualités requises et l'investissement nécessaires pour devenir un joueur de haut niveau… Un moment de partage sans tabous, où convivialité et tutoiement étaient de rigueur.

Rencontre au sommet

Il semble que la formule a plu puisqu’un tiers de ses licenciés - ils sont aujourd'hui environ 330, loisirs et compétitions confondus, dont une quarantaine de jeunes entre 7 et 17 ans à l'école e squash - a répondu présent, que ce soit pour les séances de jeu, réservées aux adultes, les dédicaces de l’après-midi pour les plus jeunes ou la soirée organisée sur une plage privée voisine. "On a tous les niveaux, tous les âges, c'est quelque chose qui était important. On voulait vraiment leur faire plaisir, les accrocher encore plus au club et au squash, on crée un affect", souligne Mélanie Flachaire, satisfaite.

Img 2217

La salle et la mezzanine affichaient également complet en fin d'après-midi lors du match de démonstration entre Grégoire Marche et Nicolas Müller. Il faut dire que l'affiche était belle. Et si l'ambiance était bon enfant, les adversaires ne manquant pas de s'envoyer des piques et de taquiner Yves qui officiait en tant qu'arbitre, les deux joueurs n'ont rien lâché sur le terrain. A coup de petits balles traîtres et de longs dégagements, les deux champions ont donné de leur personne pour le plus grand bonheur de spectateurs en liesse. Le troisième et dernier jeu aura connu son lot de balles de matches, pour finalement voir la victoire de Grégoire Marche. L'apothéose sportive d'une belle journée qui s'est conclue par une soirée, toujours sous le signe du partage.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos