L'aventurier

Discipline arrivée il y a une petite année en Principauté, le beach tennis connaît un certain essor depuis sa mise en place.

Le soleil tape déjà fort en ce matin de fin juillet. Il n'est pourtant même pas encore 9 heures. Et pourtant, les pratiquants de beach-tennis sont déjà aux affaires. Avec les seniors, d'abord, puis ce sera au tour des jeunes du Pass'Sport Culture. Dans les deux cas, Kevin Pimblett, l'un des deux hommes à la base du MCBT Beach-tennis Monaco, ne chôme pas. Raquette en main, il fait travailler ses ouailles. La petite balle jaune et orangée vole dans tous les sens et les coups de raquettes sont émaillés d'éclats de rire. Il faut dire qu'il règne une atmosphère légère sur le terrain de beach du Larvotto. Ce qui n'empêche pas de travailler ses coups et déplacements. Cette notion de plaisir, Kevin l'a d'ailleurs retrouvée en même temps qu'il a découvert le beach-tennis. "Lorsque je suis arrivé à La Réunion, il y a 4 ans, j'ai fait la connaissance d'une personne là-bas, Patrice Bang, qui m'a proposé d'essayer et ça a été un vrai déclic. Ça m'a poussé à revenir aux raquettes il y a 3 ans et j'ai retrouvé un plaisir perdu", confie celui qui est né et a grandi à Monaco.

Prof de tennis… et de théâtre

Il faut dire que Kevin Pimblett a toujours eu un certain attrait pour les sports de raquette, et surtout pour le tennis. S'il y a joué pendant 20 ans (meilleur classement 15/1), il a aussi partagé cette passion avec celui qui est aujourd'hui son associé sur le projet beach-tennis Monaco, Aurélien Biancheri, les deux hommes ayant longtemps joué ensemble. Mais, quelques mois après avoir atteint son meilleur classement, il a décidé "d'arrêter en 2008, car l'ambiance et l'esprit tennis ont eu raison de moi", confie celui qui a également été professeur de tennis à la Turbie. 

Si le monde de la petite balle jaune le pousse à regarder ailleurs, il décide cependant de rester dans l'échange. Ses diplômes d'animation en poche, il monte un petit théâtre d'improvisation pour enfants. Direction de centre de loisirs, surveillant de baignade, autant de jobs amenant Kevin Pimblett à échanger avec les autres. Et cela tombe bien, puisque, comme il le dit lui-même, "le social, c'est ce que je sais faire. C'est là où je me sens le mieux, j'adore rencontrer des gens, qu'il y ait des échanges autour d'une même passion ou de passions différentes, de voir ce qu'on peut faire ensemble pour que ce soit meilleur."

L'exil sans l'oubli

S'il a aujourd'hui 36 ans, Kevin Pimblett a déjà pas mal baroudé dans sa vie. Installé depuis 4 ans à la Réunion, il a de nouveau mis en place un théâtre, mais pas que. "J'ai un peu galéré quand j'ai débarqué puis j'ai remis le pied dans l'animation avec la création d'une école de théâtre." Et l'école de théâtre n'est pas la seule chose qu'il a mise en place sur l'île. En compagnie de Stéphane Rétali, le référent du beach-tennis à la Réunion, le duo a développé une école de beach-tennis. "On a commencé à monter ça à l'Étang-Salé. On avait quelques enfants au début et là ça prend de plus en plus d'ampleur", confie Kévin, qui ne perd pas pour autant de vue le club monté à Monaco avec son meilleur ami. "On est très en contact avec Aurélien. Il a énormément donné de son temps pour que ce projet voit le jour, on se parle régulièrement, on se fait des rapports, pour toutes les démarches qui sont faites, l'autre est en copie. Sans communication, une association ne marche pas." Et en matière d'association, le bonhomme s'y connait. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :