Une semaine de déceptions

Les quatre membres de la Fédération Monégasque de Tennis ayant obtenu une wild-card pour le Rolex Monte-Carlo Masters n'ont pas réussi à s'extirper du premier tour. Une déception pour eux comme pour leur entraîneur, Guillaume Couillard.

Romain Arneodo, Hugo Nys, Florent Diep (qualifications) et Lucas Catarina (tableau final) ont bénéficié d'une invitation de la part de l'organisation du tournoi. Et comme l'an dernier, le tirage n'a pas été clément avec eux. Florent Diep a ainsi hérité d'Ugo Humbert, nouvelle pépite du tennis français, tandis que Romain Arneodo et Hugo Nys sont tombés sur de solides bagarreurs (Londero et Bedene). Tous deux ont ensuite récupéré les frères Zverev en double. De son côté, Lucas Catarina a tiré Jaume Munar. "Il avait notamment sorti Sasha Zverev (3e mondial) une semaine avant le tournoi, lors du Challenger de Marrakech", note Guillaume Couillard, coach des Monégasques. Pas simple donc.

Entre déception et frustration

Le tirage au sort effectué, les matches ont débuté dès le lendemain matin. Et c'est vers le court des Princes qu'il fallait regarder pour voir évoluer les joueurs de la FMT. Premier de cordée, Florent Diep avait donc face à lui Ugo Humbert. Et le natif de Vincennes ne s'est pas défilé dans son duel face à son compatriote. Rapidement dominateur, Florent, bien qu'un peu tendu par l'enjeu, a su faire de bonnes choses, notamment sur son coup droit, pour aller chercher la première manche (6-3). Alors qu'il se sent mieux dans le second acte, c'est là où son adversaire arrive à faire la différence en le poussant à la faute. A l'image de ce revers manqué alors qu'il a une balle de break à 5-5, le joueur de la FMT voit finalement la deuxième manche lui échapper (5-7). 

Il devient alors dur de se remettre dedans, d'autant que Humbert joue mieux et plus juste, se rendant la tâche plus facile dans le troisième set (6-3). "Je n'ai pas l'habitude de jouer ce genre de joueurs, donc rivaliser contre ce type de tennisman, c'est intéressant, ça donne de la confiance, mais il y a quand même de la déception car je sens que je ne suis pas passé loin de l'emporter", glissait d'ailleurs le jeune homme à sa sortie des courts.

De mauvais débuts

Dans la foulée, c'est Hugo Nys qui a pris place sur l'ocre du court des Princes. Et la réussite n'a pas franchement été au rendez-vous pour Haut-Savoyard. Après un début de match raté, au cours duquel il n'a pas su sur quel pied danser, Hugo a tenté d'inverser la tendance, en vain, malgré un bon début de deuxième set. Trop hésitant sur le jeu à adopter, il n'a pas su réellement mettre en difficulté un adversaire très rigoureux. "Il a su prendre le jeu à son compte très vite et je n'ai pas réussi à me relâcher assez tôt. Je l'ai un peu fait sur le deuxième set, mais sans jamais avoir réellement d'occasion pour revenir. J'ai raté mon entame de match, et contre ce genre de joueur, ça ne pardonne pas", reconnaissait après coup le natif d'Evian. 

Du côté de Romain Arneodo, c'est la frustration qui dominait après sa partie. Totalement passé à côté de la première manche (0-6), il a ensuite relevé la tête pour tenter d'aller chercher le deuxième set. Mais, après deux bons premiers jeux, la machine s'enraye. "Je mène 2-0, je dois conclure pour passer à 3-0 et finalement je me retrouve à 2-2. Je sais pourtant ce que j'ai à faire, mais je n'arrive pas à les réaliser, ce qui me frustre d'autant plus. Je n'ai pas pris de plaisir car j'ai mal joué et je passe à côté. C'est dommage…"

Une première marche trop haute

Après une journée d'ouverture difficile avec trois défaites en autant de rencontres, il restait encore deux chances de voir le drapeau rouge et blanc aller plus loin dans le tournoi. Une en simple, avec Lucas Catarina, une en double, avec Hugo Nys et Romain Arneodo. Et c'est sur le court numéro 2 que tout s'est déroulé. Mais là encore, les choses n'ont pas été à la hauteur des espérances des membres de la FMT. Face à Jaume Munar, Lucas Catarina n'a jamais pu trouver la solution afin de passer en tête. Un premier set difficile (0-6), un deuxième plus abouti (3-6), au cours duquel il mène 3-0 avant de voir son adversaire revenir inéluctablement sur lui. "Je suis forcément déçu du résultat. Il n'est pas encore très connu mais il est en train de monter, il joue très bien, donc je savais que ce serait un match très dur. Au début du deuxième, j'ai continué d'essayer de mettre mon jeu en place, ça a payé au niveau du score. J'ai ensuite à nouveau perdu un ou deux jeux, je donne quelques points à des moments importants alors que lui a été solide en jouant à une vitesse assez élevée sans donner trop de points." 

Après cette défaite, c'était au tour du duo Arneodo / Nys d'entrer en lice dans le tableau de double. Et là encore, tout ne s'est pas passé comme espéré. Pourtant, les choses avaient plutôt bien commencé. Sérieux, appliqués, ils ont réussi à prendre la première manche aux frères Zverev. Et le vent a soudainement tourné. De meilleurs retours en face, de moins bons services côté monégasque, et voilà que Misha et Sasha reviennent. Tout s'est alors joué au super tie-break. "On était dans une dynamique un peu étrange, on menait assez facilement, et d'un coup on est repassé derrière assez rapidement. Le super tie-break, ça ne se joue pas à grand chose mais il y avait la place donc c'est vraiment frustrant", regrettait le duo. De quoi les voir quitter cette édition avec une forte déception. Mais aussi des choses sur lesquelles s'appuyer en vue de meilleurs résultats futurs.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos