Un nouveau chapitre

Avec l'arrivée d'un nouveau président, Pierre Ballerio, l'AS Monaco triathlon s'apprête à écrire une nouvelle page de son histoire. Une histoire qui continue de se conjuguer en deux temps, celle des amateurs et du team pro.

Sur la page Facebook de l'AS Monaco triathlon, difficile d'ignorer quand la saison des compétitions bat son plein. Pas un week-end ne se passe pas sans que le club ne donne des nouvelles de ses licenciés qui arpentent la France, et parfois même le monde, enchaînant les bons résultats sous les couleurs de la Principauté. L'aboutissement pour tous d'un travail acharné qui fait la fierté du coach, Denis Watrin, mais aussi du nouveau président du club, Pierre Ballerio, à qui Hervé Banti a transmis le flambeau en juin dernier. Une tête bien connue au club, puisqu'il en est membre depuis huit ans et que cet ostéopathe de profession assurait également le suivi médical du team professionnel comme des amateurs. De quoi donner une nouvelle impulsion à ce club créé en 1986.

 Dsc0631

Une grande famille

Le triathlon a beau être un sport individuel, en Principauté, le club, lui, se conçoit avant tout comme une famille. Une très grande famille, puisqu'ils sont aujourd'hui 155 membres, de tout âge et de tous horizons, animés par la même passion et volonté de se dépasser. Un chiffre stable depuis quelques temps, après avoir connu un formidable essor il y a une dizaine d'années. "Tous les ans, nous avons pratiquement 40% de nos licenciés qui sont de nouveaux membres. L'année dernière, un bon groupe de jeunes est arrivé, et cela devrait encore être le cas cette année", précise Pierre Ballerio qui, avec Denis Watrin, rêverait d'ailleurs un jour de pouvoir créer une école de triathlon et d'y former les espoirs monégasques de la discipline. 

 Dsc3926

En attendant, les triathlètes se retrouvent ensemble régulièrement sur les créneaux d'entraînement du club, lors des compétitions et même en dehors. "On communique entre nous, on a un petit forum. Quand on a des jours fériés on s'entraîne, on essaie de s'appeler et de faire des choses. Chacun vient comme il peut, en fonction de ses disponibilités, de sa vie de famille, de ses objectifs aussi, qui sont tous différents", explique le coach. "C'est pour cela qu'on organise cette année une sortie groupe, à l'occasion de l'Ironman 70.3 de Barcelone, afin de mobiliser un maximum de personnes. C'est intéressant que les gens s'entraînent tous ensemble pour la même course". Le club devrait également remettre des stages tout au long de l'année, histoire de renforcer la cohésion de groupe. "On essaie de proposer des choses pour que tout le monde puisse être dans ce même état d'esprit", insiste le président. 

Un Pro Team prometteur

Alors que la fin de saison approche, il est déjà temps pour le club de préparer l'année prochaine. Et si les amateurs sont "le poumon du club", comme ne manque pas de le rappeler leur coach, pas question pour autant de délaisser l'équipe professionnelle, créée en 2012 par Hervé Banti. Une belle vitrine pour la discipline et pour le club de la Principauté. "Ce team, c'est du boulot. C'est une recherche de sponsors permanente, car sans eux on ne pourrait pas l'avoir", précise le néo-président. "Mais c'est beau. Ils ont tous la même tenue, les mêmes vélos. Ils partagent les entraînements, se battent sur la course parce que cela reste un sport individuel. On a la chance de pouvoir le faire ici, pas tout le monde ne le peut". 

 Dsc0790

Mais pas question pour autant d'avoir des "stars". "On a des demandes de pros connus. Déjà, financièrement, on ne peut pas. Et surtout on veut rester dans l'esprit voulu par Hervé, c’est-à-dire donner la chance à des jeunes prometteurs qui ne viennent pas à Monaco que pour le côté financier", souligne le coach, qui se base généralement sur son "flair" et sur "les résultats". Et le cru 2020 s'annonce prometteur. Outre Thomas Navarro, qui représente la Principauté depuis quelques années déjà, le Pro Team devrait se renforcer cette année avec l'arrivée de William Mennesson, jeune analyste financier à Monaco qui a notamment remporté l'Embrunman et le Ventouxman 2019. Rachel Clausing, déjà membre du club, qui a remporté le championnat du monde à Nice début septembre dans sa catégorie, devrait également passer semi-professionnelle. De sacrées performances quand on pense que tous travaillent à côté. L'avenir du triathlon monégasque s'annonce sous les meilleurs auspices.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos